Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HAUT DOUBS FEMMES

HAUT DOUBS FEMMES

1er magazine féminin du Haut-Doubs - Média de communication Doubs-Jura-Suisse - Blog féminin - Blog lifestyle

Si l’art-thérapie m’était conté …

Si l’art-thérapie m’était conté …

Si l’art m’était conté, je le raconterais comme un fil, tenu et sous-tendu par l’héritage de nos pères. Il est la mémoire de ce que nous avons été. Il nous pousse à réinventer notre quotidien, de façon légère ou grave, de ces histoires parfois pesantes. Il extirpe les souvenirs du puits de l’oubli, donne de la couleur, de la fantaisie. 

Si la thérapie m’était contée, je la définirais comme un lien. Lien entre les êtres, une trace de l’engagement à soutenir ceux qui en ont besoin. J’y mettrais des soignants, des professionnels relevant de différents champs de compétences, des aidants parfois mais sans en avoir l’air.

Et si l’art - thérapie m’était conté, je la vivrais comme un fil, en équilibre, tendu entre qui nous sommes aujourd’hui et ce que nous pourrons être demain. Il n’est pas le mélange des deux pôles que l’on retrouve dans son énonciation, mais sa nature se trouve dans ce qui les sépare. Juste un petit tiret, comme un bout de fil. Il est ce qui peut émerger de nous lorsque nous lâchons le fil de ce qui nous entoure, pour retisser un autre soi avec d’autres fils invisibles et symboliques. Un fil à soi, fin et délicat comme un fil de soie. 

Il est le point de départ d’où nous pouvons cheminer vers un sentier sensible et unique, et dont nous seuls connaissons les recoins. L’art-thérapie se joue des mots, elle réinvente ainsi son langage, s’amuse à faire rimer ce qui ne va ensemble, à première vue…


L’art-thérapie permet la formation de liens réinventés, elle crée un pont entre l’être singulier qui nous fait unique et ce qui nous manque fondamentalement. Elle est ce retissage personnel et possible qui se crée dans le mouvement et le jeu des matières. Elle se décline dans les sons, un geste, dans ces textures que l’on touche et qui nous font voyager intérieurement. Elle est les surprises, les saisissements qui nous heurtent et font bouger nos murs intérieurs.


L’art-thérapie se décline lorsque nous perdons le fil de notre vie et de notre corps. Dans les périodes de détresses psychiques, dans l’accompagnement de personnes en fin de vie, dans la maladie. Elle œuvre en reconstruction, nous pousse à composer différemment avec nos limites, nos impossibilités mais aussi avec nos ressources. Enraciné dans la source du désir, je vous invite à suivre le fil de votre créativité. 

Carine Sornon
Art-thérapeute et infirmière
4 rue des Hauts du Drugeon, ZAE, 25560 BULLE

 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article