Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HAUT DOUBS FEMMES

HAUT DOUBS FEMMES

1er magazine féminin du Haut-Doubs - Média de communication Doubs-Jura-Suisse - Blog féminin - Blog lifestyle

Interview Anouk Faivre-Picon et Zoom sur La Transjurassienne

Anouk Faivre-Picon, la reine de la neige 


Née en 1986 à Pontarlier, Anouk Faivre-Picon est une fondeuse française. En 2010, elle a notamment remporté le classement général de la Coupe d'Europe (Alpen Cup). En janvier, la Ville de Pontarlier a inauguré une piste de ski de fond à son nom, au départ du Gounefay. Et elle attend un heureux événement pour le mois de mai ! 
 

Crédit photo Nordic Magazine

Crédit photo Nordic Magazine

-    Pouvez-nous nous rappeler votre palmarès qui vous a permis d'avoir une piste de ski à votre nom ? Auriez-vous pensé un jour en arriver là ?


Cela fait longtemps que je skie en compétition, mais mes principaux résultats tiennent sur peu de lignes, par contre c'est surement ceux-là qui me rendent la plus heureuse. J'ai terminé 5ème aux Championnats du monde, 4ème et 13ème aux Jeux Olympiques, j'ai eu 3 victoires sur le marathon de l'Engadine, une victoire sur la Transjurassienne et 19 titres de championne de France.... Et comme vous dites une piste à mon nom qui constitue l'une de mes plus belles médailles, ou plutôt une de mes plus belles reconnaissances !
Plus jeune j'étais passionnée par plein de choses. Le sport de haut niveau, j'aimais ça, mais je ne pensais pas que je serai un jour actrice de tout ceci. J'ai suivi ma piste, fait les choses les unes après les autres, et finalement le plaisir et l'envie m'auront amenée à  faire cette carrière. Mais aujourd'hui encore en regardant derrière je me dis "est-ce bien moi qui ai fait autant de courses?"

-    Depuis quand cette discipline sportive vous passionne-t-elle ? 

Depuis tout le temps, j'aime être dehors, bien entourée et aidée par une famille, je ne dirais pas "sportive" mais "plein air", c'est avec eux que j'ai fait mes premières glissades mais aussi du VTT, du patin à glaces, du ski alpin, de l'escalade, du kayak... les week-ends à la maison se passaient donc dehors ! On peut dire que j'ai donc eu ce goût du sport, du ski et de la neige très jeune. Quant au goût de la compétition, il est venu beaucoup plus tard, amené par mon club, le CSRP et les amis avec qui je partageais les entraînements et les sorties entre la Malmaison et le Larmont. Le goût du haut niveau est lui venu plutôt sur mes années de lycéenne, où j'ai étudié 3 ans en sport études au Lycée Xavier Marmier et juste après avec mes premières sélections en équipe de France.

   Quel est votre plus souvenir et/ou la course dont vous êtes la plus fière ? 

C'est dur, il y en a tellement, une vie de ski est forcément une vie de plaisir et de beaux souvenirs. L'un des plus beaux concernant le ski, c'est sûrement une sortie avec mon papa : nous avions mangé une soupe en haut du Mont d'Or, en repartant il avait juste un peu neigé pour recouvrir la piste d'une neige douce sur un fond dur... la descente étais tellement plaisante et tellement longue, que je m'en souviendrai toute ma vie. Pour ce qui est des souvenirs en course il y en a trois : une course sur les hauteurs d'Oslo, le public, l'endroit, mon niveau, mon plaisir, la vue sur le Fjord, en ont fait un souvenir indélébile. Il y a également eu cette belle médaille en chocolat aux Jeux Olympiques de Sotchi avec trois supers copines avec qui j'aurai partagé une grande partie de ma carrière. Et enfin plus récemment la victoire sur la Transjurassienne, la plus rapide de l'histoire, course qui marquait mon retour réussi après une maternité, course dont c'était ma première participation et surtout course où j'ai été accueillie à l'arrivée par mon fils.
 

Crédit photo Nordic Magazine

Crédit photo Nordic Magazine

-    Aujourd'hui maman, comment combinez-vous votre vie de famille et de sportive de haut-niveau ? 

J'ai la chance d'être très bien entourée, pour commencer par le papa de mon fils qui m'a toujours soutenu sur le plan sportif mais surtout sur le plan familial. Mais aussi par ma famille, mes amis et mon équipe de ski, le team Nordique Crédit Agricole Franche Comté, où l'entraineur a toujours mis ma vie de maman en priorité sur le reste de programme sportif, notamment la première année. C'est parfois difficile de jongler avec mon emploi du temps mais également celui de mon mari, entraineur en ski de fond, mais Even et un garçon facile qui s'adapte bien aux situations, et je pense que le temps en famille que nous n'avons pas à certains moments, nous le retrouvons à d'autres moments.

- Avez-vous déjà songé à une ré-orientation professionnelle ? Si oui laquelle ? 

Oui, j'aimerais devenir Professeur des Ecoles, je prépare activement cette reconversion professionnelle en ce moment, d'autant plus que l'hiver prochain se fera surement avec beaucoup de ski, mais pas de compétition... car nous attendons un second enfant pour le mois de mai prochain. J'ai donc tout le loisir entre quelques belles sorties de sport de me remettre aux mathématiques, au français...


Propos recueillis par Magalie Michel Troutet, avec la participation de Tessa, élève stagiaire de 3ème, au collège de Levier. 
Crédit photo Nordic Magazine
 

Interview Anouk Faivre-Picon et Zoom sur La Transjurassienne

Zoom sur la transjurassienne

      La Transjurassienne est une course de ski de fond qui s’étale sur 25 à 68  kilomètres entre Lamoura et Mouthe. Elle a rejoint le Visma Ski Classics Challengers et s'affiche comme la référence française des épreuves de ski de fond . C'est ici que se rejoindront plus de 4 000 skieurs le samedi 8 et dimanche 9 février 2020.
    
     40 années de joies de la glisse !

    40 ans après sa création, la Transjurassienne, née sous le nom de Progressime, ravit les amoureux du ski de fond. Course populaire par excellence, elle réunit des coureurs de 30 pays différents.

    Pour les amateurs comme pour l'élite !

    La Transju est une course ouverte à tous, des plus grands champions aux amateurs pour un week-end de convivialité. Un peu plus de deux heures pour les meilleurs, parfois trois fois plus pour les moins aguerris, mais pour tous le même plaisir de traverser des décors de carte postale.
    
    Sapaudia et Skier pour elles

   Vêtue de kilts, la joyeuse équipe profite de l’événement pour communiquer sur l'importance du don de moelle osseuse. En effet, en France, chaque année, plus de 2 000 malades ont besoin d'une greffe.
    Les skieuses (et quelques skieurs) de Skier pour elles prennent le départ afin de promouvoir l’activité sportive dans le cadre de la prévention des cancers.
Pour vous inscrire  

   Vous avez jusqu'au 2 février 2020 à minuit pour vous inscrire. Toutes les  infos sur www.latransju.com.
 
  
 

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article