Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
HAUT DOUBS FEMMES

HAUT DOUBS FEMMES

1er magazine féminin du Haut-Doubs - Média de communication Doubs-Jura-Suisse - Blog féminin - Blog lifestyle

Etre femme sapeur pompier : recrutement et portrait de Cécile Comte, caserne de Frasne

Etre femme sapeur-pompier volontaire, c’est ouvrir son quotidien à d’autres choses pour de multiples raisons…

L’envie d’être utile, d’agir, d’être ensemble, mais aussi être en phase avec soi-même, en accord avec ses valeurs, sont autant de motivations qui ont conduit les femmes sapeurs-pompiers volontaires du Doubs à s’engager durablement pour protéger et porter secours à ceux qui les entourent.

Etre femme sapeur pompier : recrutement et portrait de Cécile Comte, caserne de Frasne
Etre femme sapeur pompier : recrutement et portrait de Cécile Comte, caserne de Frasne
Etre femme sapeur pompier : recrutement et portrait de Cécile Comte, caserne de Frasne

Etre femme sapeur-pompier volontaire, c’est ouvrir son quotidien à d’autres choses pour de multiples raisons…

L’envie d’être utile, d’agir, d’être ensemble, mais aussi être en phase avec soi-même, en accord avec ses valeurs, sont autant de motivations qui ont conduit les femmes sapeurs-pompiers volontaires du Doubs à s’engager durablement pour protéger et porter secours à ceux qui les entourent.

Témoignages :

« C’est une garantie pour protéger mes proches » 

Valérie, 38 ans, mère au foyer, 4 enfants

 

« Dans mon village, on avait besoin de sapeurs-pompiers volontaires »

Marine, 22 ans, employée municipale, 1 enfant

 

« Je ne m’en pensais pas capable… Finalement, c’était une idée préconcue !»

Christine, 44 ans,  sans profession

 

« Par nature, j’aime m’occuper des autres. Le volontariat, c’était une évidence »

Julie, 36 ans, anesthésiste, 3 enfants

 

« Les femmes apportent autre chose dans le secours »

Marie-Hélène, 42 ans, agent ATSM, 2 enfants

 

« J’avais besoin de me sentir utile ailleurs que dans mon univers professionnel »

Stéphanie, 35 ans, informaticienne

 

«  Echanger, transmettre, partager son savoir, c’est ça aussi… »

Ludivine, 38 ans, avocate, 1 enfant

 

« J’ai découvert un autre univers fondamentalement humain, où règnent l’entraide et la solidarité »

Caroline, 41 ans, secrétaire, 3 enfants

 

 « Etre volontaire a donné encore plus de sens à la vie dans mon village »

Eva, 33 ans, agricultrice céréalière

 

 

Le saviez-vous ?

En France, l’organisation des secours d’urgence en France s’appuie fortement sur les sapeurs-pompiers volontaires, indispensables pour rendre un service de qualité, notamment en milieu rural.

En effet, 80 % des sapeurs-pompiers de France sont des volontaires, femmes ou hommes, qui choisissent de donner de leur temps libre au service de leurs concitoyens. Ils reçoivent une formation initiale puis continue, qui leur permet d’assurer les différentes missions de secours : secours à personnes (80 %), (incendies (8%), accidents sur la voie publique (7%), opérations diverses (5%).

Dans le Doubs, 22,5% des sapeurs-pompiers volontaires sont des femmes.

 

Les sapeurs-pompiers du Doubs recrutent des femmes volontaires

Connectez-vous sur

Courage et dévouement

Devenir pompier, un rêve de petite fille pour Cécile

Etre femme sapeur pompier : recrutement et portrait de Cécile Comte, caserne de Frasne

Courage et dévouement

Devenir pompier, un rêve de petite fille pour Cécile

Dès son plus jeune âge, Cécile Comte savait qu’elle deviendrait pompier, elle qui courait à la fenêtre dès qu’elle entendait les sirènes ! Infirmière de formation, sa vocation est de se rendre toujours disponible pour les autres.

A 14 ans, Cécile est la première de sa famille à intégrer la section des jeunes sapeurs-pompiers de Frasne. Puis lorsqu’elle commence les sorties VSAV (véhicule de secours et d'assistance aux victimes) et SMUR (service mobile d'urgence et de réanimation), elle sait qu’elle exercera en tant qu’infirmière, un engagement personnel et professionnel. Dévouée, Cécile s’oriente sur une carrière où l’humain prime.

« Je me suis donnée les moyens d’y arriver ! »

En 2003, elle devient sapeur-pompier volontaire. Faisant ses preuves avec ses amies Charline et Marion, elle est accepté pour ses compétences dans cet univers encore majoritairement masculin et gravit les échelons avec passion, jusqu’à devenir sergent, ce qui lui permet alors de diriger une équipe. Un accident de la vie interrompt cette ascension. « J’ai toujours été de l’avant. Je ne me suis jamais laissé aller ». Elle-même secourue par ses paires, Cécile connaît mieux que quiconque l’importance de cet engagement, les valeurs de cette grande famille qu’est la caserne, une passion qui l’animera et l’aidera pour toujours. Mais les blessures ne lui permettent plus d’exercer en tant que sapeur-pompier volontaire pour toutes les missions. « Devenir infirmière-pompier est une seconde chance », confie cette femme battante, qui garde des souvenirs inoubliables de ses interventions, notamment lorsque le bip sonne en plein milieu de la nuit et qu’il est tombé un mètre de neige, et les plus émouvants, les accouchements….

Aujourd’hui, à 34 ans, elle est elle-même maman d’une petite fille de 5 ans  et mariée à un sapeur-pompier. Son quotidien, leur quotidien, est orienté vers les autres. « Nous nous rendons toujours disponibles pour les autres. Nous n’attendons pas de reconnaissance », explique celle qui ne sera pas étonnée de voir leur petite fille suivre leur trace. Infirmière Case Manager à Neuchâtel, elle reconstruit aujourd’hui son engagement  au sein de la caserne autour de la formation spécifique qu’elle a reçue pour devenir infirmière-pompier. Elle est également formée pour enseigner le monitorat de secourisme pour les recyclages et les JSP,  et les gestes qui sauvent au grand public. Elle porte désormais le grade d’officier-infirmière. « Tout arrêter m’aurait terriblement manqué », conclut Cécile, non sans émotion…. quand on a l’engagement dans le sang…

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article